L’UA fête, avec humilité et dans la dignité, son 25e anniversaire - Université Antonine (UA)

  • L’UA fête, avec humilité et dans la dignité, son 25e anniversaire

    15 mai 2021

    Le 15 mai dernier, jour de sa Sainte patronne Notre-Dame des Semences, l’Université Antonine (UA) a fêté son 25e anniversaire lors d’une belle messe donnée en la chapelle Notre-Dame des Semences (campus de Hadat-Baabda). Diffusée en direct sur les réseaux sociaux, la cérémonie a été célébrée par l’abbé Maroun Abou Jaoudé, Chancelier de l’UA, en présence du père recteur Michel Jalakh et quelques moines antonins.

     

    Durant son homélie, l’abbé Abou Jaoudé a réaffirmé la mission de l’UA, rappelant à tous que l’Université avait réussi, tout au long de ce quart de siècle, à incarner dans sa direction, son travail et son engagement la spiritualité et les valeurs de la Vierge Marie. Ainsi, année après année, l’UA a semé en chacune des promotions les graines de l’espérance en veillant à la bonne santé spirituelle et intellectuelle de ses étudiants dans l’unique but d’offrir à ce pays continuellement en proie à divers conflits et crises, un vivier de citoyens modèles, éclairés et responsables, prêts à assumer un rôle actif dans la société. Aujourd’hui, plus que jamais, cette mission prend tout son sens dans un pays comme le Liban où seuls ceux qui ne se sont pas détournés de Dieu peuvent trouver la paix.

     

    Après la messe, le père Jalakh a pris la parole pour évoquer l’atmosphère morose de ce 25e anniversaire fortement marqué par les rationnements et restrictions de toutes sortes et a invité les présents à aider le pays, chacun à la mesure de ses moyens, afin qu’il se relève au plus tôt de cette crise dramatique. Il a également souligné l’importance d’une réponse profonde et globale pour enrayer nos problèmes, enjoignant les différentes parties à entamer, trente ans après la fin de la guerre, un véritable processus de réconciliation basé sur la vérité, la justice, le respect de l’autre et l’acceptation des différences, mais aussi sur le pardon et l’amour.

     

    Le père recteur Jalakh a ensuite dressé le portrait de l’UA, attirant l’attention sur le fait qu’en moins de trois décennies, l’Université avait su se tailler une place de choix dans le club des meilleurs universités libanaises. Elle a également obtenu, ces dernières années, plusieurs accréditations dont l’accréditation d’assurance et de qualité de l’AAQ, la première accréditation académique musicale du monde arabe pour la Faculté de musique et musicologie et l’accréditation internationale pour le Département de physiothérapie. L’UA a aussi révolutionné l’éducation des sciences sportives au Liban et s’est révélée, par ailleurs, être un chef de file dans les domaines de l’éducation, de la recherche, du service à la communauté ainsi que dans le développement du bien-être humain intégral. Avec l’optimisme et la détermination qu’on lui connaît, le père Jalakh a achevé son discours sur ces quelques mots : « Bien que la nuit soit sombre et que cela nous chagrine que l’Université ne puisse pas trouver aujourd’hui toutes les ressources et le support nécessaires à ses ambitions […], ‘nous veillons et nos lampes restent allumées’. Le succès est notre destinée et le succès ne supporte aucune excuse, mais exige volonté, solidarité et fermeté. C’est notre histoire, c’est notre présent et notre futur sera pareil ».